J’entends comme au lointain les murmures de la vie…

Mon Cœur fait des claquettes

Ablbum « des Éclats de rêve »

La vie est un curieux voyage…

Dès la première phrase de l’album « Des éclats de rêves », Gabor nous entraine, dans une mécanique bien huilée, au cœur de notre humanité, avec une simplicité salutaire que seuls les esprits obtus qualifieront de naïve.

Et la question « Qui est Gabor ? », que nous sommes légitimement en droit de nous poser au départ, se transforme vite en « Qui sommes-nous ? », tant il est vrai que Gabor nous accueille, à chaque chanson, comme s’il nous accueillait chez nous. Il habite littéralement cet album, où chaque titre ouvre la porte sur une nouvelle pièce à découvrir. Et on ne se lasse pas de faire le tour du propriétaire avec lui ! Car on se sent bien dans ce monde parallèle qui nuance un peu le nôtre, et où il a  su déposer un peu de nous dans chacune de ces pièces.

Puisqu’on connait mal son histoire, il nous amène à mieux connaitre la nôtre. Ses émotions sont les nôtres, ses interrogations sont les nôtres, et il ne tient qu’à nous que ses rêves soient les nôtres… Par sa personnalité fantasmagorique et par sa voix, modulant entre accents lyriques et charme « croonesque », Gabor papillonne sur des sonorités parfois enveloppées de brumes « lennoniennes », saluant à l’occasion Jacques Higelin, Mickaël Bublé, ERA, et même, rencontre improbable, Tex Avery.

L’album « Des éclats de rêves », un hymne à la vie

Des musiques soignées dans lesquelles, outre les « classiques » guitare, basse, batterie, clavier, on retrouve des instruments à la fois populaires et représentatifs du folklore revisité, propre à l’univers de Gabor : banjo, clarinette, accordéon et même violoncelle.

Des chansons à la fois profondes et légères, distillant espoir et humanisme sur des rythmes plein d’entrain : cet album est un véritable hymne à la vie et au bonheur qui fait des bulles.

Mélodies et orchestrations parfaitement maitrisées s’accordent à faire danser les mots d’une poésie à l’existentialisme insouciant, nous invitant  à porter un regard à la fois enfantin et lucide sur notre condition humaine. Telle une plume qui vole au vent

Des thèmes profondément humanistes

Les petites choses, que l’on oublie être essentielles (ces petits bonheurs qui ne font pas de bruit), la contrainte du temps qui passe (« Dans vos bras », « Avant l’éternité »),  la prise de conscience de notre humanité passagère (« La vie grandeur nature »), et, par-dessus tout, l’importance de garder l’espoir et de bien profiter de chaque instant de vie (« Les chapeaux rouillés », « Tant que mon cœur fera des claquettes », « Ô tempores »), on ne peut que se laisser cueillir par ce mélange harmonieux, qui nous rassemble en un bouquet de lumière, éclaboussé d’ « une goutte de vie ». Bref, un album qui, à la fois, réchauffe les cœurs et rafraichit les esprits.

Si  le spectacle « Gabor et les chapeaux rouillés » nous met des étoiles plein les yeux, dans l’album « Des éclats de rêves », Gabor, seul, fait pétiller l’imaginaire.

Parce qu’au final, comme au départ, la vie est un curieux voyage